Elle mange des graines [Iceberg de mon quotidien – Partie 1]


De corps et d'esprits / lundi, novembre 23rd, 2015

Aujourd’hui j’inaugure une toute nouvelle série d’articles – non seulement pour re-dynamiser ce blog (oui oui, il sombre doucement, mais tout n’est pas perdu !) et aussi pour vous parler de choses qui me tiennent à cœur dans la recherche d’une vie plus saine et respectueuse.

Pourquoi « Iceberg de mon quotidien » ? Car quand on me voit faire mes « trucs » on pense faire vite le tour, où en savoir déjà tout; notamment, par exemple, quand on pense qu’un végétalien ne mange que du tofu [mais oui bien sur, tout à fait]… Mais laissons place à l’article d’aujourd’hui, maintenant =) !


Non je ne mange pas que des graines, n’en déplaise au Maître d’Armes dans Kaamelott 😀 !

« Et bah voilà c’est bien ce que je disais ! Je ne mange pas de graines ! « 

Depuis mon installation j’ai pu entamer un changement majeur dans mon alimentation; que j’attendais depuis très longtemps !

Je suis devenue végétalienne !

Voici un premier bilan après six mois d’un régime sans viande, ni produits d’origine animale.

Le début, car il faut bien commencer quelque part

Depuis très longtemps je voulais engager ce changement – seulement il faut se l’avouer – par où commencer ? Quand le frigo est encore plein de denrées animales? Qu’on vit encore chez ses parents (ou en tous cas pas assez chez soi pour choisir son menu)? C’est là que le bas blesse… Quand j’étais adolescente j’ai bien essayé, en demandant à ma mère de ne pas me donner de viande le soir. Et là encore (alors que ce n’était que le soir) elle n’y arrivait pas – une mère reste une mère [je développerai sur le sujet plus tard]. Et qu’à cela ne tienne, à cette époque-là il n’était pas rare d’enchaîner dans la même semaine un DoMac et un Grec – et vous pouvez faire tous les efforts du monde, vous ne trouverez jamais d’alternatives végétariennes dans ces deux entités maîtresses de la malbouffe.

Ce n’est pas non plus quand je suis devenue adulte ET étudiante que cela a pu changer. J’ai du me résoudre à attendre mon sacrosaint « Chez Moi »… ce qui est arrivée il y a 6 mois !

« Je suis liiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiibre »

Cela ne répond pas à la question « par où commencer? » – car oui, même si j’ai enfin mon petit coin de Paradis Personnel, il n’en reste pas moins que les deux premières semaines de mon installation, ma très chère maman était de la partie et qu’elle s’est faite un plaisir de remplir mon frigo (et pas seulement le frigo) de toutes ces choses que je ne voulais plus manger.

Je n’aime pas le gâchis – DONC il a fallu vider tous cela, les offrir, les manger et petit à petit se constituer un nouveau garde-manger uniquement végétalien.

Je dirais qu’il ne suffit pas juste de se dire « j’y vais progressivement avec un repas végé par semaine, puis deux, puis trois ». Il y a une grosse part de documentation que chacun devrait avoir. Devenir végétarien/végétalien (ou tout autre régime alimentaire finalement), c’est aussi se demander comment faire des repas répondant convenablement à nos besoins.

Outre les besoins en protéines, il y a aussi les sujets liés aux besoins de Fer, de Calcium, sans oublier la fameuse B12 que contiendrait seulement la viande [sujet que je me ferais un plaisir de vous parler un peu plus loin].

Pour quelqu’un qui a été omnivore toute sa vie et plus encore dans sa prime jeunesse, devoir remplacer toutes ces choses qui ne serait QUE dans la viande, les laitages, les oeufs… Sacré chambardement je vous le dis!

Pourquoi végétaLien et pas juste végétaRien ?

La frontière est assez maigre en fait. Tout le monde me dit « végétarien ça va, mais végétalien c’est trop extrème, c’est beaucoup trop, je sais pas comment tu fais. » La différence, dans mon « esprit » (je précise car je ne suis pas une parole de référence – et je vous invite d’ailleurs à vous documenter sur des sites tels que http://vegebon.wordpress.com ou http://www.vegetarisme.fr/ qui sont très complets sur ce sujet) c’est que le végétarien ne mange plus de viandes, poissons, fruits de mers et toutes denrées alimentaires qui engagent la mort d’un animal. Le végétalien quant à lui supprime toutes denrées alimentaires exploitant le règne animal. VOILA.

Mes engagements ne sont pas ceux de « je suis pour la cause animale » (en soit l’idée est bonne mais je ne fais pas ça pour celà). Déjà d’une part j’aime les légumes, c’est l’aliment de choix de mon quotidien. Ensuite je n’ai pas les habitudes d’un carniste et du coup supprimer ces choses de mon alimentation a été très simple. Pour finir, après de longues recherches sur le sujet, il me paraissait évidement avec mon problème hormonal, mon obésité et ma tendance à une santé « fragile » que c’est le régime alimentaire le plus adapté pour repartir sur des bases saines.

Le végétalisme et l’entourage

Je commencerai par une réflexion de ma mère quand je lui ai parlé de mon végétalisme: « Mais alors tu ne manges rien! ». Il a été difficile de lui faire comprendre que je mange absolument tout sauf ce qui est le résultat de l’exploitation et du meurtre d’un animal (sauf le miel – mais je vous expliquerai pourquoi plus loin). Et pour ma petite maman, fervente gastronome et fieffée experte d’une cuisine de terroir et de tradition, quand on lui enlève la viande, le beurre, la crème, le fromage, le poisson, les fruits de mers, les œufs – et bien il ne reste pas grand chose (pour ne pas dire rien).

« Ma fille va mourir, elle ne mange plus rien… »

C’est un fait; bien que nous ayons une gastronomie exemplaire et riche, elle n’est finalement pas si éclectique et novatrice… Remarque qu’aujourd’hui, les chefs commencent à s’intéresser aux différents régimes alimentaires et ça peut donner lieu à des choses vraiment intéressantes. Ce qui à la base est pris comme un vrai défi du quotidien pour ses maîtres de la fourchette, devient de véritables chefs d’œuvres et découvertes gustatives. Si ça donne pas envie tous ça?!

Avouons-le, depuis Juin, on m’a affublé de pas mal de préjugés et de réflexions: « mais alors tu ne manges que du tofu? » « tu dois avoir des carences! » « la viande c’est la vie, tu ne sais pas ce que tu rates » « oui enfin tu sais c’est la chaîne alimentaire, il faut les manger les animaux, c’est comme ça, c’est la nature » « c’est super chiant, tu peux rien manger avec nous, sincèrement c’est anti-social ton délire ». Heureusement que dans cet amas de mots ils restent encore assez de curiosités pour que les gens veuillent manger ma cuisine « expérimentale » et MERCI !

Les gens s’inquiètent. Le régime « végétalien » est un grand méchant qui fait mal parce qu’il donne des carences, dans l’opinion publique tout du moins. MAIS. Tout régime – et même le régime omnivore, ET OUI ! Même lui ! — donne des carences. D’ailleurs une chouette scénette en bande dessinée de « Dans mon tiroir » illustre très bien ce propos : lire « Veni Vidi Veggie ».

« Et ouais mec, t’as plein de carences de végétalien BOUHOUUUU »

Parfois j’ai juste du « expliquer » les actes d’autres végétalien et ça c’était pas évident… Pour le coup devoir expliquer que mon choix alimentaire ne concerne que moi et pas la Terre Entière ; et que par conséquent je ne l’impose à personne. Alors, qu’à côté de ça, certains souhaitent tout simplement ne laisser le choix à personne… Bah j’ai du défendre mon « beurre » (anecdotique quand on sait que je n’en mange plus xD), expliquer que « Non on est pas tous comme ça, on a tous notre avis et notre façon de faire ». Je suis pour la manière douce : en parler, montrer, faire goûter. Mais surement pas imposer un repas obligatoire végétalien. C’est comme les enfants – et les guerres de religions – plus tu imposeras ton choix moins ça passera. Et ouais !

Par contre j’ai du faire un choix de « Société ». Oui j’ai fait le choix du végétalisme… chez moi. Remplir mon frigo ne regarde que moi et est d’une simplicité déconcertante. Par contre, et de part notre culture occidentale (d’autant plus française), ne serait-ce que pour aller au restaurant avec des amis (et les repas professionnels aussi) c’est devenu vite IMPOSSIBLE d’être végétalienne. Et parfois même le végétarisme était impossible (mais ça c’est une autre histoire). Par conséquent – et parce que mon choix alimentaire est un choix de santé et d’équilibre (et non pas un cas de conscience) j’ai choisi d’être végétarienne chez les amis, au restaurant, etc… jusqu’à ce que le Monde (et les restaurateurs) comprennent que le végétarisme ce n’est pas qu’une salade de chèvre chaud… Y’a encore du boulot… Mais j’y crois 😀 !

Mais alors je mange quoi ?

Et bien plein de choses. Je sais c’est fou xD ! Pourtant ce n’est qu’une seule catégorie d’aliments que j’ai retiré de mon alimentation et bien que notre façon de vivre à l’Européenne soit centrée autour de celle-ci, je n’ai jamais cru (à aucun instant) que je ne mangerai plus rien. Bien au contraire. C’est le royaume des découvertes culinaires, de la suprématie de la nouveauté, de nouvelles et anciennes pratiques de cuisines. Pour le coup, en même temps que je nourris mon corps, je nourris aussi ma curiosité.

Je mange tous les féculents complets ou semi-complets (et le sujet n’est pas là, mais un jour j’aimerai vous parler du raffinage des céréales), des légumineuses (à moi lentilles vertes/corails, haricots rouges/blancs/mungo, flageolets et tout le toutim), des légumes (des verts, des rouges, des blancs, des oubliés et moins oubliés…) et des fruits (je dois vous faire un dessin? =P); sans oublier les épices et les aromates que j’affectionne tout particulièrement. Vous voyez, TOUT sauf de la viande, du poisson, des fruits de mers, des laitages et des oeufs.

Les protéines, elles sont où?

Et bien il y a des protéines dites « végétales », sachant qu’un adulte « lambda » a besoin entre 45 à 60g de protéines par jour seulement (et que globalement un bon gros mangeur de viandes les dépassent largement avec son déjeuner et son dîner…) ! Et ces protéines ne se trouvent pas que dans le Tofu, non non ! (et là bim dans vot’face les préjugés ! Je ne mange pas QUE du tofu, et heureusement, sinon paye ton équilibre alimentaire xD) On en trouve éparpillé dans pas mal de légumes (notamment le brocolis, les épinards, l’ail, le chou-fleur, …), de légumineuses (les lentilles en ont, les pois chiches et les haricots aussi, …), dans les céréales (dans le riz complet, le seigle, le quinoa, les flocons d’avoines …) et ailleurs (dans le persil par exemple, les noix et les amandes…). Ce n’est qu’un petit aperçu de là où finalement je peux trouver mes apports en protéines =)

Et le calcium alors?!

Ah bah ça c’est pareil ! Il n’y en a pas que dans les laitages (au passage ce sont des calciums assez mal assimilés par l’organisme), mais aussi dans le brocoli, le persil, les noix (décidément ils ont tout pour plaire ceux-là) et encore plus surprenant… Dans les oranges ! (il y a encore d’autres aliments mais croyez-moi la liste est longue…)

Mais on trouve aussi du fer dans la viande, et ailleurs c’est possible ?!

Il y a aussi du fer dans le règne végétal – notamment dans les lentilles, encore dans le persil (en fait je vous le dis, je ne mange QUE ça xD), dans le cacao, et bien d ‘autres encore.

Alors imaginez… vous vous faites une base de petits gâteaux aux flocons d’avoines avec une pâte à tartiner cacao/orange maison – et la BAM vous avez un petit bout de votre quota protéines (flocons d’avoines)/calcium(oranges)/fer(cacao). Et attendez c’est pas fini ! Mangez des aliments riches en vitamines C permet une meilleur absorption du fer. Sachez que notre petite amie l’Orange contient une bonne dose de calcium mais également de vitamines C (et même un peu de fer). Elle est aussi bonne pote avec le cacao gustativement parlant. Si c’est pas beau tous ça 😀 !

« Des questions ?! »

Ah ! J’allais oublier la petite coquine de la B12 !

Celle qui pose tant de problèmes car aujourd’hui on en trouve que dans les produits dérivés des animaux (choueeeeette). Bon il faut savoir qu’à la base cette coquine est une « bactérie » qui se trouve dans la terre « sale » – terre qu’on trouvait « jadis » sur nos légumes (enfin plus aujourd’hui hein). A l’heure actuelle, la B12 est un ajout qui est fait dans la chaîne de production animale, elle n’y est pas naturellement. Vous la voyez la douille ?

Bon, ce qu’il faut savoir c’est qu’une carence en B12 est très grave (problèmes neurologiques pour ne parler que d’eux, sympa hein?) MAIS sachant que le stock de B12 se fait d’une année à une autre et qu’il en faut une petite quantité, il suffit d’en ajouter dans son alimentation par parcimonie – avec des compléments alimentaires, des ajouts dans les salades, plats, etc… C’est aussi simple que ça. A savoir également que cela ne concerne que les Végétaliens stricte car on peut trouver de la B12 dans les oeufs notamment.

Quid du miel

Il est vrai – quand on parle de végétalisme on passe aussi par la case « je supprime le miel de mon alimentation » oui MAIS… je ne le ferais pas. Déjà d’une part que la population d’abeilles française est malade (tout autant que la mondiale) et que je ne pense pas que boycotter les produits de la ruche aille dans leur sens (à méditer…). Ensuite le miel que je consomme, je connais les ruches, je connais les producteurs, je sais comment sont traités les abeilles. Que notamment ils avancent leur méthodes pour qu’elles aient toujours plus qu’ils ne leur faut de miel pour vivre et pas seulement survivre. Aujourd’hui on sait que l’un des facteurs du déclin des abeilles c’est aussi le fait que les ruches sont inadaptées et qu’on est aussi trop gourmand en miel – non on ne peut remplacer un aliment complet par de la synthèse, elles en ont besoin ! – je vous renvoie d’ailleurs sur la merveilleuse vidéo du Professeur Feuillage à ce sujet !

Alors voilà le miel que je consomme est un miel bourguignon d’un petit producteur, qui ne sort des pots seulement s’il y a une très bonne production. Et quand je ne prend pas chez lui je vais acheter du miel de l’école de la ville, qui là aussi ne sort que des pots de miel que quand il y a surplus et juste pour pouvoir financer les petits projets de l’école – et ça fait bosser les petits écoliers !

Alors non, je n’arrêtera pas de consommer du miel et j’espère bien un jour pouvoir moi aussi avoir ma ruche; et faire ce qu’il faut pour contribuer aux butinages de mes futurs parterres de fleurs 😀 !

Après six mois, comment ça va?

Tout va très bien. J’ai perdu dix kilos – mais je fais aussi du sport, ça aide hein – je digère cent fois mieux (sauf quand je mange des pizzas, normaaaaaaal). Mon compte en banque me dit merci, et oui n’empêche que la viande et le poisson c’est pas donné… Je fais saliver mes amis (enfin c’est ce qu’ils disent, peut-être qu’en fait ce que je fais c’est pas bon mais ils osent pas dire non… les coquinous !).

Je concluerais par dire que je n’ai pas encore découvert toute l’étendue des possibilités de ma nouvelle cuisine, j’ai d’ailleurs constitué un tableau Pinterest où je compile les idées et les recettes que je trouve (attention il n’y a pas que des recettes végétaliennes et végétariennes, mais aussi des idées de présentations et de recettes omnivores, ainsi que des articles et des débriefs du mode de vie Vegan).

Abonnez-vous au tableau Vegan Ideas de Morgane sur Pinterest.

Affaire à suivre 😉 !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *