Elle ne veut pas d’enfants (et elle vous dit pourquoi)

C’est en parcourant la page d’accueil d’Hello Coton que j’ai eu envie d’écrire cet article. Après la lecture de X titre de la vie de maman, du sentiment maternel et de toutes choses qui me rendent indifférente que je vous avoue, là maintenant, que JE NE VEUX PAS d’enfants. Voilà.

« Tu es jeune tu as le temps »

J’admet que ce sujet est tabou et qu’il est même controversé. Une femme qui n’accepte pas sa destinée de mère c’est une erreur, c’est un problème pour notre société. « Comment tu ne veux pas enfanter, mais alors tu sers à quoi? » A essayer de rendre ce monde un peu plus meilleur chaque jour?

Souvent, et je crois que la plupart des jeunes femmes qui l’ont dit, ce sont heurtés au « tu es encore jeune ». Je vais sur mes 26 ans, ma mère a eu son premier enfant à 21 ans, la compagne de mon frère à 20 ans. Et à bientôt pour la quatrième fois tata, plus j’avance moins j’en veux. Je ne rajeunirait pas, et d’ailleurs si je suis assez « grande » pour vivre dans mon appartement seule, avoir un emploi et payer mes impôts, je pense que je suis assez saine d’esprit [et mature?] pour savoir si je souhaite enfanter ou pas.

« Mais pourquoi tu ne veux pas? C’est merveilleux pourtant… »

J’ai tendance à utiliser l’argument du « monde actuel » pour expliquer ce fait. Je ne sais tout simplement quel monde je vais laisser à mon enfant. C’est une excuse grandiloquente et heureusement ce n’est pas la seule.

Ce que j’ai tendance à reprocher à la plupart de ceux qui décident d’avoir des marmots (pas tous je vous rassure) c’est le fait d’oublier qu’au-delà du fait de faire un enfant, ils sont aussi en train de construire un adulte. Vous la sentez la pression là? Enfin, un être humain qu’on décide d’amener ici et maintenant dans notre société, où on commence à se marcher dessus tellement nous sommes nombreux. Une personne qui ne vivra pas seulement 18/20 ans chez vous, mais qui vivra toute sa vie sur cette terre, qui un jour risque d’être d’une ingratitude extrême envers la vie que vous lui avez donné. Au vue de ça je préfère garder mon chat.

« Mais y’a de l’espoir, pense à l’adoption »

Quand j’explique aux gens qu’une des autres raisons de mon non-désir de maternité c’est mon infertilité, alors là c’est le pompon. J’ai droit à ce couplet humaniste que finalement mon excuse c’est de la résignation. « Mais voyons ne t’inquiète pas, y’a la fécondation in vitro/l’adoption… » Non juste non. Souvent je précède la mention « je suis infertile » par « la nature a bien fait les choses » et ce n’est pas pour rien.

« Tu es égoïste quand même »

Parce que je n’offre pas mon corps à cette transformation insipide qui peut se faire en moi. Parce que je préfère vivre seule, avec mon compagnon, dans une paix sereine sans devoir se sentir l’obligation d’offrir un être qui nous détestera peut-être.

Il y a des jours où je ne supporte juste plus ses êtres familiaux qui me ligote dans cette idée que dans les cinq prochaines années j’aurais fait cet être qui me ressemble de moitié. Je vous remercie de la vie que vous m’avez donné, et d’ailleurs j’essaie d’en faire quelque chose de beau, de partager les expériences à tous et pas seulement ce non-enfant.

Je ne pense pas être égoïste tout simplement parce que je ne veux pas d’enfant. Parfois je pense que ce sont ceux qui font des enfants qui le sont — mais heureusement pas toujours =)

Et vous quel est votre rapport à la maternité ?

2 commentaires Ajoutez les votres
  1. J’intellectualise beaucoup moins que toi ma non envie d’enfant. Je ne me dis pas que je préfère vivre seule, ou que l’on est déjà trop sur Terre, la misère dans le monde, tout ça… je ne raisonne pas comme ça… c’est beaucoup plus… instinctif ? Quand je m’imagine avec un gros bidon, donner la vie, tout ça, limite ça me « révulse » (le mot est fort mais j’ai pas trouvé mieux). Pourtant j’aime bien les enfants hein, il m’est arrivé d’accompagner les élèves de ma mère à des sorties scolaires et c’était sympa, mais je n’en veux pas, je n’ai jamais eu envie d’enfant, je n’ai jamais ressenti ce besoin viscéral d’en avoir un, et l’une de mes amies qui me dit « t’as le temps » ça me tue x’D J’ai 19 ans et je me prépare à recevoir des remarques du même genre pendant au moins les 20 prochaines années ! Le temps va être long x’D

    1. Je t’envoie milles ondes de patiences et de courage — car bien qu’on ait tous les arguments du monde (et chacun les siens) les gens (pour 70% d’entre eux, ne généralisons pas) ne veulent tout simplement pas comprendre, voire même ne veulent même pas écouter ce que tu aura à dire — ce qui a d’autant plus de sens pour toi qui le ressent dans tes tripes.
      J’ai une amie qui est dans ton cas, elle a déjà dépassé les 25 ans et a été confronté à la possibilité d’une grossesse — heureusement on a le droit de disposer de son corps aujourd’hui — pour le coup elle l’a rejeté et détesté de tout son être…
      Comme l’a souligné Penn ar bled dans son commentaire (avec une merveilleuse citation) : Pourquoi si nous avons toutes un vagin devons-nous toutes être mère? Nous avons pourtant tous des cordes vocales, sommes-nous tous chanteurs pour autant? »

      Excellente journée à toi ^^ et merci pour ton avis précieux =)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *