L’épilation à l’Européenne

Coucou à toi, Guerrièr•e du Quotidien et Bienvenue dans ta Série de l’Été !

 

On va rester au Moyen-âge (oui je fais ce que je veux voilà) et on va prendre notre petite brouette pour voyager du Moyen-Orient vers l’Europe – rien que ça !

 

Si les européen•ne•s se sont mis•e•s à l’épilation c’est notamment parce qu’il y a eu les Croisades. Et non ça n’a pas été seulement une histoire sanglante, de guerres et de pouvoir (et de dogmes religieux). Mais également d’échanges de pratiques culturels.

 

C’est ainsi que lorsque les Croisés vinrent s’installer pour un siècle au Moyen-Orient, ils eurent tout le loisir d’observer les locaux.

 

Au XIIe siècle, Ousâma ibn Munqidh, émir de Shaizar en Syrie, se lia d’amitié avec un seigneur franc. Il l’initia au hammam ainsi qu’aux pratiques de l’épilation. Ousâma raconte, sur un ton amusé et un peu choqué, comment le seigneur était enthousiaste au spectacle et demanda à sa femme si elle voulait tenter l’expérience – de l’épilation.

 

La pratique s’exporta facilement en Europe, et c’est ainsi que hommes et femmes commencèrent à se retirer les poils des aisselles, du pubis… et plus étrange, du haut du front. Comble de la beauté, cette épilation disait-on, permettait d’agrandir et d’illuminer le regard. Aussi considéré comme étant le pôle érotique du corps de la femme à cette époque.

 

L’exemple le plus connu et le plus marquant d’épilation du front est, sans hésitation, celui d’Agnès Sorel, officiellement première Maîtresse Royale de France. Elle se fait épiler les sourcils et les cheveux sur le haut du front, pour équilibrer ses traits car elle a de très grand yeux…

 

Les méthodes pour en venir à bout – de ce pauvre poil – ne sont pas très différentes des nôtres. A savoir, la pince à épiler, la cire orientale (qui fut importée), l’association de cire d’abeille à des bandes de lin… Et d’autres recettes dont je tairais les noms, car il n’y avait pas que le poil qui disparaissait à leur usage…

 

La suite au prochain épisode 😉 !

 

***

NB : l’Histoire est une science en perpétuelle mouvement. Ce que je dis aujourd’hui peut être faux demain, car on est pas à l’abri de nouvelles découvertes – et que je n’ai pas lu aussi tout les ouvrages sur le sujet ^^. Pour en savoir plus, je te renvoie vers la sublime vidéo des “Revues du Monde” sur “Peut-on faire confiance à l’Histoire ?” : https://www.youtube.com/watch?v=mBmi5IWuKHg&feature=youtu.be&t=8m3s

 

NB2 : tout commentaire à caractère agressif, humiliants, et n’ayant pour vocation que la haine de l’autre, sera AUTOMATIQUEMENT supprimés. Merci à toi et amour sur toi !

 

***

 

Bibliographie & Sources (pour votre plus grand plaisir !) :

  • Histoire du Poil de Marie-france Auzépi & Joël Cornette
  • Du Poil et de la Bête, Iconographie du Corps Sauvage en Occident à la fin du Moyen-Âge (XIIIe – XVe siècle) de Florent Pouvreau
  • Du Velu au Lisse : Histoire et Esthétique de l’épilation intime de Jean Da Silva
  • Un peu du site Womenology.fr aussi 😉
Un commentaire Ajoutez les votres
  1. Vraiment, j’adore cette série de l’été, j’apprends énormément de choses que je n’aurais sûrement jamais cherché de moi-même, merci beaucoup !! Tu nous élèves <3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *